Fortnite se retire de Chine, au désespoir de ses adeptes chinois

Le célèbre jeu vidéo a annoncé qu’il quittait la Chine. Ses fans sont sonnés.

Le jeu vidéo Fortnite, qui réunit des millions d’adeptes dans le monde, va se retirer de Chine au grand dam de ses fans. Aucune raison n’a été donnée, mais la décision intervient dans un contexte de durcissement réglementaire en Chine. Fortnite est l’un des jeux les plus populaires au monde, avec à son actif plus de 350 millions d’utilisateurs, soit plus que la population américaine. Il s’agit d’un jeu participatif dans lequel les joueurs interagissent en ligne dans des milieux hostiles. S’ils évoluent en groupe, chacun cherche à être le dernier survivant.

Le jeu, dont le téléchargement est gratuit, génère des milliards de revenus avec l’achat par les joueurs d’éléments additionnels pour leurs personnages, notamment des tenues. En Chine, c’est une version spécifique qui est proposée, où les contenus violents, obscènes ou sensibles politiquement sont strictement encadrés. Elle s’arrêtera dans deux semaines. « Le 15 novembre à 11h, nous éteindrons les serveurs du jeu et les joueurs [en Chine] ne pourront plus se connecter », a annoncé dimanche 31 octobre l’éditeur américain de Fortnite, Epic Games. Depuis lundi déjà, le jeu n’accepte plus de nouveaux joueurs en Chine, précise l’entreprise, qui compte parmi ses actionnaires le géant chinois de l’internet Tencent.

Cette annonce intervient alors que le pouvoir serre la vis au secteur numérique. Les autorités chinoises, qui se montrent particulièrement pointilleuses sur les questions de concurrence et de données personnelles, ont ces derniers mois épinglé plusieurs poids lourds du secteur pour des pratiques jusque-là largement tolérées. Celui des jeux vidéo, qui représentent en Chine une importante manne financière mais sont décriés pour leur côté addictif chez les jeunes, n’a pas été épargné.

En août, les autorités ont imposé une limite drastique de trois heures de jeux vidéo par semaine aux moins de 18 ans, alors que certains pouvaient passer des journées scotchés à leur écran.